Retour au format normal


LES AMIS DU BOIS DE SAINT CUCUFA CONSTATENT UNE FOIS DE PLUS QUE LES DIRIGEANTS DE L'ONF, AUJOURD'HUI CEUX DE L'AGENCE INTERDEPARTEMENTALE DE VERSAILLES, NE SONT PAS DES ESTHETES MAIS QU'ILS SONT AVANT TOUT DES TECHNOCRATES.

5 octobre 2009

par woodman, Rocad

Pour alerter le public et l'amener à se forger une opinion sur l'impératif besoin de régénération de notre Bois, les responsables de l'ONF ont brandi le spectre d'une forêt vieillissante et en danger que seules leurs propositions permettraient de conjurer.

Les représentants des municipalités de Rueil, Garches, Vaucresson, La Celle Saint Cloud se sont laissés convaincre du bien fondé des mesures drastiques proposées, et seule l'éventuelle fermeture de la route de Versailles a suscité des inquiétudes. Est-ce pour ménager leur électorat, qu'ils ont bradé l'aménagement du bois de Saint-Cucufa contre le maintien de l'ouverture de cette route ? Ce serait faire peu cas des opinions de leurs concitoyens, ces usagers qui se sont largement exprimés lors de nos pétitions pour un changement de sylviculture afin d'arrêter le massacre.

Non, les usagers du Bois ne sont pas tous utilitaristes, et si certains se disent gênés par la fermeture de la route de Versailles, ils seraient peut-être prêts à en accepter le prix s'ils obtenaient des garanties sur le respect de leur forêt.

Malgré notre détermination et à cause de notre isolement lors de ces réunions d'information (et non de concertation comme le prétend le Directeur de l'Agence Interdépartementale de Versailles, nos suggestions et propositions ayant été écartées sans appel) nous n'aurons pu éviter les saccages à venir.

Nous dénonçons donc les décisions prises par le gestionnaire et ceux qui lui ont donné carte blanche, et rejetons toute responsabilité dans ce qui adviendra à court terme à notre forêt suite à l'application de l'aménagement forestier 2010/2024.

Nous ne doutons pas que dans les années à venir, les promeneurs sauront à nouveau montrer leur désapprobation en constatant le résultat des coupes sans commune mesure avec celles qui avaient pourtant suscité l'indignation en 2008.

woodman, Rocad